Arboquebecium

Aesculus flava

Marronnier jaune



7,95 $

Disponibilité

Indisponible pour le moment

Zone de rusticité

4a (ref. University of Florida)

Provenance de l'espèce

Midwest états-unien

Arbre mère situé à

Wilkes-Barre, Pennsylvanie

Le marronnier jaune est le plus grand des marronniers indigènes de l'Amérique du Nord. Il est très proche du marronnier glabre, dont l'aire de répartition naturelle chevauche celle du marronnier jaune. Cependant, ce dernier est moins présent au nord, mais particulièrement abondant dans les Great Smoky Mountains (Tennessee et Caroline du Nord). Les deux espèces partagent le même genre d'habitat, soit des sols riches, profonds et humides, typiques des fonds de vallée ou des plaines alluvionnaires (Williams, 2008).

D'un point de vue ornemental, il est nettement plus intéressant que le marronnier glabre qui possède de moins grandes fleurs et de moins grandes feuilles. De plus, les feuilles du marronnier jaune ne dégagent pas l'odeur fétide que dégagent celles du marronnier glabre lorsque froissées.

Ses fruits sont toxiques pour l'homme. Néanmoins, on dit que les Amérindiens mangeaient les marrons, une fois qu'ils en avaient extrait toutes les substances nocives et les avaient cuits. Le nom anglais du marronnier (Buckeye) lui a été attribué par les premiers colons anglais qui trouvaient que ses fruits, les marrons, ressemblaient à l'oeil (eye) d'un cerf mâle (buck) (Williams, 2008).

Ce marronnier s'hybride avec plusieurs autres marronniers, dont le marronnier d'Inde. À noter que le marronnier jaune est « moins sensible au maladies que le marronnier d'Inde » (Leistikow & Thüs, 2007).