Arboquebecium

Nyssa sylvatica

Nyssa sylvestre



9,95 $

Ajouter

Disponibilité

En stock

Zone de rusticité

4b (ref. University of Florida)

Provenance de l'espèce

Est des États-Unis et sud de l'Ontario

Arbre mère situé à

Battleboro, Vermont

Le nyssa sylvestre... Quel drôle de nom pour un arbre, n'est-ce pas ? Eh bien, sachez que son nom français dérive de son nom latin, nyssa sylvatica, qui veut dire naïade - ou nymphe aquatique - des bois. Bien souvent, les noms d'arbres ne divulguent pas beaucoup de renseignements importants sur leurs aspects ou leurs habitats. Mais, dans ce cas-ci, il suffit d'étudier son étymologie pour ne plus jamais oublier où on peut trouver cet arbre dans la nature. Si votre mythologie grecque est un peu lointaine, une nymphe n'est ni plus ni moins qu'une « divinité féminine de l'Antiquité gréco-romaine, personnifiant divers aspects de la nature et représentée le plus souvent sous les traits d'une jeune fille nue ». (Larousse, 2017).

C'est donc « dans les dépressions mouillées le long des cours d'eau et dans les marécages » (Farrar, 1995) qu'on voit le plus souvent cet arbre mystique. Malheureusement, pour ce faire, il faut être au sud de la frontière québécoise, puisque le nyssa sylvestre ne pousse pas naturellement dans la belle province. Bien que celui-ci pousse très bien dans des sols lourds et mal drainés, il sait apprécier les sols qui sont humides et bien drainés. En revanche, il n'est pas rare de le trouver sur des hauts et milieux de pentes secs dans les Appalaches, jusqu'à 900 mètres d'altitude. Il ne tolère pas les sols alcalins et nécessite un plein ensoleillement pour croître normalement.

Le nyssa sylvestre est un arbre exceptionnel. Doté d'un feuillage vert foncé luisant, celui-ci vire au rouge vif en automne. Le fait qu'il puisse pousser dans une grande variété de conditions fait de lui un arbre très versatile lorsque planté. Il est réputé pour être un excellent arbre de ville, surtout en bordure de rue, puisqu'il tolère bien les sols compacts, la sécheresse, ainsi que les sels de déglaçage. Ses fruits sont petits et ne sont pas portés à embourber la chaussée ou les infrastructures publiques. De surcroît, les oiseaux en raffolent et ne les laissent pas s'accumuler au sol.

« Les fruits servent en Géorgie et en Caroline du Sud à faire une confiture agréablement acidulée, appelée Ogeechee Limes » (Leistikow & Thüs, 2007). De plus, « les abeilles, qui butinent ses fleurs, fabriquent à partir de ce nectar un miel à la saveur exceptionnelle » (Williams, 2008). Cette information est corroborée par de nombreux auteurs.