Arboquebecium

Fraxinus quadrangulata

Frêne bleu



7,95 $

Ajouter

Disponibilité

En stock

Zone de rusticité

4 (ref. University of Kentucky)

Provenance de l'espèce

Midwest états-unien et sud de l'Ontario

Arbre mère situé à

London, Ontario

Maintenant que l'agrile du frêne est bien installée au Québec, on est en droit d'être frileux à l'idée de planter des frênes, de peur que ceux-ci soient décimés par ce ravageur extrême. Mais, avant de faire une croix définitive sur ces beaux arbres présentant de multiples qualités, connaissez-vous le frêne bleu ? Peut-être serez-vous intéressé de savoir que cette espèce semble assez bien résister à ce coléoptère asiatique. En effet, on rapporte que, jusqu'à maintenant, 70% des frênes bleus ont résisté à l'infestation de l'agrile du frêne qui a cours dans toute son aire de répartition naturelle. C'est pas mal !

Le frêne bleu grandit assez rapidement, mais constitue néanmoins le plus petit des frênes indigènes du Canada. Avec le frêne pubescent (fraxinus profunda), il s'agit aussi du plus rare. Il est même désigné comme espèce en danger par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ailleurs, dans son aire de répartition naturelle, il n'est pas commun non plus. Il est relativement bien adapté aux conditions urbaines, lui qui tolère modérément bien la compaction et les sels de déglaçage. En outre, il n'a pas de mal à supporter les grandes chaleurs estivales, pas plus que les périodes de sécheresse. C'est l'espèce de frêne canadienne qui supporte le mieux le manque d'eau, ce qui n'est pas sans rappeler son habitat naturel, les affleurements rocheux calcaires. Ironiquement, il arrive aussi qu'on le trouve dans les plaines d'inondation...

En somme, le frêne bleu, aussi appelé frêne anguleux, est un « excellent arbre de parc [et même de ville] en raison de sa croissance rapide, de sa belle stature et de sa grande résistance aux agents pathogènes [y compris l'implacable agrile du frêne] » (Leistikow & Thüs, 2007). Seul bémol : sa rusticité ne serait pas très grande et ses branches terminales auraient tendance à geler sous notre climat. Des tests d'acclimatation doivent être effectués pour cet arbre.