Arboquebecium

Cercis canadensis

Gainier du Canada



9,95 $

Ajouter

Disponibilité

En stock

Zone de rusticité

4b (Vérifié avec succès dans cette zone)

Provenance de l'espèce

Est des États-Unis et Mexique

Arbre mère situé à

Sherbrooke, Québec
Rabais sur la quantité choisie
5 plants 10 plants 15 plants 20 plants 25 plants
-10% -20% -25% -30% -35%


Le gainier du Canada est un petit arbre ne dépassant pas les six mètres de hauteur. Son tronc court fourche généralement à quelques dizaines de centimètres du sol seulement. À l'images du lilas (syringa vulgaris), durant la majeure partie de la saison végétative, il peut paraître quelque peu anonyme, lui qui ne possède pas d'attraits paysagers particuliers. Cependant, très tôt au printemps, c'est son heure de gloire ! Avant que ne survienne la feuillaison, il se pare de nombreuses fleurs roses teintées de pourpre qui peuvent apparaître sur toutes les parties de l'arbre - même sur le tronc. Lorsque le printemps est frais, la floraison peut durer jusqu'à trois semaines. Le gainier du Canada est aussi de faible longévité et vit rarement plus de 50 ans. Mais, comme c'est souvent le cas des végétaux qui ne vivent pas longtemps, la floraison est très précoce dans la vie de l'arbre et débute habituellement vers l'âge de cinq ans.

Les feuilles, quant à elles, sans être spectaculaires sont quand même jolies. Elles ressemblent à celles du lilas qui ont aussi la forme d'un coeur, mais sont beaucoup plus larges que ces dernières. Vers la fin de l'été, elles passent du vert au jaune. Les fruits, eux, sont similaires à ceux du robinier faux-acacia (robinia pseudoacacia). Ce sont des gousses « aplaties et effilées aux deux extrémités » (Farrar, 1995). 

Dans son aire de répartition naturelle - qui n'inclut qu'une toute petite partie de l'Ontario - cet arbre pousse en sous-étage de forêts ouvertes. Il n'est pas rare non plus de le voir à la lisière des bois, le long des cours d'eau ou bien en bordure des routes et des clôtures rurales. Le gainier du Canada tolère donc bien l'ombre, mais affectionne également les endroits qui sont pleinement ensoleillés. Il « demande un sol plus ou moins riche, profond, meuble, frais et bien drainé [...] » (Dumont, 2005). Étant donné sa faible rusticité, il est recommandé de le planter à l'abri des grands vents. Il est peu adapté aux conditions urbaines et supporte mal la pollution, ainsi que les sels de déglaçage.

Arbo-Quebecium est l'une des rares pépinières québécoises à produire ce petit arbre peu commun. C'est donc votre chance de vous en procurer un et d'épater la galerie le printemps venu !