Arboquebecium

Cladrastis lutea

Virgilier jaune



9,95 $

Ajouter

Disponibilité

En stock

Zone de rusticité

4a (ref. University of Florida)

Provenance de l'espèce

Sud-est des États-Unis

Arbre mère situé à

Montréal, Québec
Rabais sur la quantité choisie
5 plants 10 plants 15 plants 20 plants 25 plants
-10% -20% -25% -30% -35%


Le virgilier jaune est un petit arbre qui, à maturité, mesurera aux alentours de 15 mètres de hauteur. C'est très rare qu'on puisse le voir au Québec, même si celui-ci peut potentiellement pousser jusqu'en zone 4, ce qui comprend une bonne partie du sud du Québec.

Habituellement, il fourche près du sol et se divise en deux ou trois branches maîtresses qui, elles, donnent naissance à d'autres branches très étalées et légèrement retombantes. Il arrive fréquemment que l'arbre soit plus large que haut. Son écorce est grise, mince, lisse et dure. Elle rappelle l'écorce particulière du hêtre à grandes feuilles (fagus grandifolia).

Étant donné que le virgilier jaune fait partie des fabacées (famille du pois), ses fleurs sont semblables à celles des autres espèces qui en sont membres, comme le robinier faux-acacia (robinia pseudoacacia) par exemple. Elles sont blanches et odorantes, sous forme de grandes grappes - faisant parfois jusqu'à 30 cm de longueur - retombantes. Ces dernières sont très voyantes et constituent l'une des plus belles floraisons de tous les arbres nord-américains. Les fruits, eux, ressemblent également à ceux du robinier faux-acacia. Ce sont des gousses longues et aplaties qui persistent plusieurs mois sur les branches de l'arbre. Quant aux feuilles, elles sont vert foncé et virent au jaune or en automne.

Dans le sud-est des États-Unis, région d'où il origine, le virgilier jaune est tout de même peu commun. Il faut dire que son aire de répartition naturelle est très fragmentée, ce qui contribue possiblement à sa rareté. À l'état naturel, on le trouve généralement dans des falaises calcaires, en bordure de rivières, ainsi que sur des versants de montagne aux sols riches (Leistikow & Thüs, 2007). Il affectionne les sols bien drainés et nécessite une pleine exposition au soleil. Il est relativement bien adapté aux conditions urbaines.